Agence BPA | L’Œuf de Nos Villages récompense l’Asinobus à Val de Reuil
L’agence de relations presse et d'influence digitale
agence, relation presse, influence, digitale, Rennes, Bretagne, expertise, communication, média, entreprise agroalimentaire, B to B, B to C, fournisseur, chefs, association de chef, créateurs, concept culinaire, chaîne de restauration, franchisé, distributeur, syndicat, agroalimentaire, organisateur, salon professionnel, attaché de presse
10513
single,single-post,postid-10513,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-2.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive

L’Œuf de Nos Villages récompense l’Asinobus à Val de Reuil

Corinne Charote, directrice Marketing du groupement d’aviculteurs « L’Œuf de nos Villages » a remis le second prix de ses Trophées de l’Environnement « Halte au CO2 » jeudi 25 septembre dernier, à l’école Louise Michel de Val de Reuil (27). Un jury composé de professionnels, dont l’ADEME Bretagne, s’était réuni fin juillet pour sélectionner les 3 projets « anti-CO2 » jugés les plus innovants, et surtout les plus efficaces.

Ainsi l’Association « Le Chemin du Halage », basée à Pîtres dans l’Eure (27), a reçu sa dotation de 500 €, pour son Asinobus.

Corinne Charote, directrice Marketing de l'Œuf de Nos Villages, remet la dotation de 500€ à l'association Le Chemin du Halage

L’Asinobus fonctionne sur le principe du pédibus : enfants, parents, retraités et bénévoles se retrouvent pour marcher ensemble jusqu’à l’école. Ce projet consiste à inclure au groupe deux ânes bâtés, l’un en ouverture, l’autre en fermeture du convoi. Ils portent les cartables et contribuent au caractère sympathique de l’opération, ce qui attire davantage de participants. De plus, les ânes sont sollicités pour les travaux de la commune : le pâturage remplace ainsi la tondeuse, et les ânes ont pris la place du tracteur qui remorquait autrefois la benne de collecte des déchets.

Une initiative responsable et collective qui permet également de créer des emplois, puisque les ânes sont entretenus et guidés par une « Cant’ânière ». L’association envisage l’achat de deux ânes supplémentaires afin d’étendre le projet sur des communes environnantes.

1Commentaire

Écrire un commentaire